BLUEBACK // MONIA MONTALI & FRANCOIS BODEUX

FR

EN

“L’immobilité et le silence, mais aussi le bégaiement, le chancellement et la quasi-chute : autant de moments pendant lesquels le flux qui nous propulse s’interrompt, permettant à nos pensées et à nos sens d’accomplir leur tâche en toute quiétude”.

Marianne Van Kerkhoven, The ongoing moment

 

 

Basés à Bruxelles et Liège, Monia Montali et François Bodeux ont un parcours lié à la danse, la photographie et la sociologie. Depuis 2010, Ils développent un travail scénique commun, où coexistent chorégraphie, théâtre, arts visuels et sonores.

Pour la scène, ils ont créé ensemble Wavering Abode, Company et ILL Seen, qui constituent une trilogie autour des derniers textes de Samuel Beckett.

Leur travail scénique a été précédemment co- produit par Les Brigittines, Charleroi Danse, workspacebrussels, BUDA Kortrijk, WP Zimmer, Pianofabriek et La Coop (tax Shelter du gouvernement belge). Il a été soutenu par WBI, WBTD et la Fédération Wallonie-Bruxelles (Commission Interdisciplinaire des Arts du spectacle).

 

«Un théâtre dU troUble et de l’hypersensibilité»

Leurs pièces sont continuellement traversées par une forme de dépouillement, de suspension, de fragilité et d’abandon. Elles cherchent à interroger notre « être au monde », notre capacité de résilience, notre confrontation intime au vide, au néant.

Leur approche repose sur la notion d’image scénique. Pour eux, l’enjeu n’est pas de dérouler une histoire mais de générer un espace de perception singulier, dans lequel chacun peut investir et questionner son propre regard. Une approche dans laquelle chaque langage scénique participe de manière conjointe à l’écriture dramaturgique.

Aujourd’hui, l’espace scénique s’impose à eux comme une possibilité de résistance, face à un monde qui engage toujours plus dans la simultanéité, la fragmentation de notre mémoire, la surabondance des événements. Un lieu qui permet d’offrir une autre expérience du temps, qui permet à nos sens et à nos pensées d’accomplir leur tache en toute quiétude.

 

 

 

 

MONIA MONTALI est italienne, elle vit à Bruxelles depuis 2001.

Après une période d’études à l’université de Bologne (DAMS-disciplines arts musique spectacle), elle se forme en danse contemporaine en suivant plusieurs ateliers en Europe. Elle s’installe à Bruxelles en 2001, où elle obtient également un diplôme en photographie à l’école de la ville de Bruxelles. Elle commence à développer ses propres travaux photographiques et scéniques en 2006.

Comme danseuse, elle a travaillé avec des chorégraphes, plasticiens ou metteurs en scène (e.a. Ted Stoffer, Kendell Geers, Georgio Khumalo, Romeo Castellucci). Comme photographe elle a fait partie, entre 2007 et 2012, du collectif international SMOKE. Son travail a été publié et exposé à travers l’Europe (e.a. Biennale de Liège, R. I.P. d'Arles, Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, Festival de Séville, Marseille 2013).

Pour la scène, elle commence avec deux solos: Amaurosis et TNNF (finaliste au prix italien GD’A 2008 et sélectionné par EXTRA, signaux de la nouvelle scène italienne). Depuis 2010 elle est autrice, avec François Bodeux, de spectacles où coexistent le théâtre, la chorégraphie, les arts visuels et sonores.

Elle collabore également depuis 2016 avec EKLA (centre dramatique de Wallonie pour l’enfance et la jeunesse) en tant qu’artiste intervenant en milieu scolaire.

 

 

FRANCOIS BODEUX est belge, il vit entre Liège et Bruxelles.

Il a travaillé plusieurs années comme doctorant en sociologie urbaine et visuelle avant d’étudier la photographie (Saint-Luc  Liège) et la régie de spectacle (Infac - Bruxelles). De 2007 à 2012, il fait partie de SMOKE, un collectif européen de photographes défendant un documentaire d’auteur, incisif et sans concessions. Sa rencontre avec Monia Montali le pousse à s’intéresser de plus en plus à la danse contemporaine et au théâtre, tant du point de vue de la création que de la régie technique.

Depuis 2010, il mène en parallèle un travail d’auteur avec Monia Montali, et un travail de régisseur, créateur lumière ou scénographe pour différents lieux et compagnies.

 

Comme photographe, Il a exposé ses travaux - le plus souvent sous forme d’installations - dans de nombreux festivals et galeries (Rencontres Arles, Biennale de Liège, Festival de Séville, Biennale balte de l’art contemporain, CWB Paris, Neunplus Berlin etc ...). Pour la scène, il a collaboré entre autres avec Charleroi Danse, Wim Vandekeybus, Thierry De Mey, Les Daltoniens, Lefeuvre & Demestri, Antoine Laubin,  etc ...

Aujourd’hui son travail de création lumières et scénographique reste largement influencé par son parcours dans les arts visuels. Il repose sur une logique de recherche, d’artisanat et d’ouverture aux technologies les plus pointues, ce qui l’amène le plus souvent à créer ses propres «bricolages technologiques».